Aide au retour à la maison après hospitalisation

A sa sortie de l’hôpital, le patient vit une étape extrêmement délicate : le retour à la maison.  

Pour les personnes retraitées, une prise en charge spécifique pour les plus fragiles existe au travers de la  mise en place de l’ARDH ou Aide au Retour après Hospitalisation.

Ce dispositif s’occupe de la prise en charge d’une tranche des frais médicaux liés à l’aide à l’autonomie, à la réorganisation du quotidien et des efforts d’adaptation. Les détails sur les modalités de ce dispositif dans cet article !

Une aide offerte par l’Etat

L’Etat est le premier responsable de sa population en termes de santé. 

De nombreux dispositifs instaurés démontrent actuellement son implication au niveau sanitaire. Concernant l’aide au retour à la maison après hospitalisation, il s’investit également, de manière temporaire. L’objectif étant d’éviter l’aggravation de l’état de santé des patients après un séjour à l’hôpital.

Ce sont la CRAMIF et la CARSAT qui sont responsables de cette aide spécialement destinée aux retraités encore autonomes. Un plan a donc été élaboré pour la préservation de l’autonomie des personnes âgées (PAPA). Ce programme a été financé par la CNAV à titre d’action sociale pour la retraite (ASR). L’aide s’intitulant clairement l’aide au retour après une hospitalisation (ARDH).

L’objectif de ce projet est d’aider toutes personnes à la retraitre après la sortie d’hôpital pendant une période transitoire. Ceci afin que la personne se remette et se réinstalle dans son quotidien dans les meilleures conditions de confort et de sécurité possible. Cela évite également la fin de la prise en charge pour la période comprise entre la fin du séjour hospitalier et le retour à la maison.

Qu’apporte le dispositif ARDH ?

Concrètement, la disposition d’aide au retour après hospitalisation s’adresse aux retraités fragilisés par des problèmes de santé, l’âge, le manque de ressources ou l’isolement social. Les personnes âgées qui ne sont pas concernées par la prestation légale d’allocation départementale personnalisée d’autonomie (ADPA) sont aussi concernées.

L’ARDH permet à ces personnes de bénéficier d’une évaluation globale de leurs besoins au quotidien. Ce sont les services sociaux de la CRAMIF ou CARSAT qui s’occupent de cette évaluation, ou une équipe médico-sociale du conseil général une fois que la personne sort de l’hôpital.

Un plan d’aide spécifique peut ainsi être mis en place dans les plus brefs délais. Bien entendu, l’aide offerte par l’ARDH varie en fonction des ressources du foyer et peut compenser jusqu’à 73% des frais (la téléalarme, la livraison des courses et des médicaments, la livraison des repas ou encore la pédicurie). 

Notons tout de même que le plafond maximal de cette aide est fixé à 1 800 euros par an !

Bien entendu, il y a bien des cas exceptionnels qui méritent une rallonge de la prise en charge. Dans ce cas, une prolongation est rendue possible en lien avec le service social et la CRAMIF. Cela se fait via une prise en charge attitrée comme l’allocation personnalisée d’autonomie (APA) ou encore par la caisse de retraite (CARSAT et autres régimes).

Mettre rapidement l’aide à domicile en place

Si une personne âgée risque de perdre son autonomie après sa sortie d’hôpital suite à un accident domestique, il est important de mettre rapidement en place une aide à domicile.

La première chose à faire est de s’adresser à l’assistance sociale rattachée à l’établissement. Cette institution vous guidera dans les démarches à suivre afin d’obtenir l’aide nécessaire. Sinon, il est tout à fait possible de contacter directement la caisse d’assurance maladie qui vous mettra en relation avec le service social pour un rendez-vous individuel.

En outre, plusieurs scénarios peuvent arriver concernant l’aide financière (APA).

La personne perçoit déjà l’APA

Si la personne perçoit déjà l’APA, mais que sa perte d’autonomie s’aggrave, alors, il est possible de demander une révision des droits. Suite à une visite de son domicile, la sécurité sociale prendra une décision.

La personne ne perçoit pas l’APA

Si tel est le cas, alors désormais, elle pourra y prétendre. Ceci dans le cas où elle n’avait pas perdu son autonomie avant l’hospitalisation. Si la personne risque de perdre durablement cette autonomie, alors une demande d’APA est possible. La situation personnelle de la personne sera évaluée suite à la visite de son domicile.

La personne n’a pas droit à l’APA

Si la personne n’a pas droit à l’APA, il est tout de même possible de demander de l’aide à sa caisse de retraite. Il s’agit de l’ARDH.

Pour résumer, l’ARDH n’est qu’une aide temporaire et ne substitue aucunement à une mutuelle. Souscrire à une bonne mutuelle santé est donc conseillé afin d’éviter les risques d’insuffisance de moyens financiers après une hospitalisation. Pour faire le bon choix d’assurance santé, passez par le comparateur de mutuelle SANTORS et faites y analyser les différents garanties qui s’offrent à vous.

Aide au retour à la maison après hospitalisation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *